Chômage : Valls supprime les postes d’analystes pour empêcher une nouvelle hausse

dv
C’était si évident, mais encore fallait-il y penser. Le coup de génie de Manuel Valls a été salué par la presse internationale tant pour l’idée que pour son application fructueuse.
« Le mieux quand on n’est pas bon sur corner, c’est de ne pas en concéder »

Nous avons contacté Erica Canton, qui est la première à avoir posé les bases de ce projet exceptionnel. « Nous avons étudié les évolutions du taux de chômage depuis les dix dernières années et constaté que celui-ci augmentait. Nous avons tenté des solutions diverses, comme donner du travail à ceux qui n’en n’avaient pas, mais sans succès. Tout ce que nous avions entrepris avait eu pour effet une évolution négative du taux d’emploi en France. On était prêts à baisser les bras quand j’ai eu ce déclic. Je me rappelais avoir entendu Jean-Michel Larqué dire que le mieux quand on n’était pas bon sur corner, c’était d’arrêter d’en concéder. Il suffisait d’appliquer cette solution brillante dans mon service et le tour était joué. »

« La courbe du chômage n’augmentera plus »

Erica Canton a donc immédiatement convoqué son équipe pour exposer sa trouvaille, qui a eu l’effet d’une bombe dans le service. Eugène Le Sommeri témoigne. « On n’y avait jamais pensé, mais c’est vrai que maintenant, la courbe du chômage n’augmentera plus. On a vraiment su attaquer et résoudre le problème à la source »
Plusieurs des homologues de M. Valls, notamment en Chine et en Corée du Nord, ont félicité l’initiative et annoncé faire le maximum pour appliquer cette solution dans leur pays. Toujours avant-gardiste pour les évolutions sociales, la France l’a encore prouvé par ce projet ambitieux mais néanmoins couronné de succès.

ABF

Publicités

Respect, fair-play, humilité : la face sombre du football féminin

Duel

Ce dimanche, nous apprenions le décès d’un supporter lors du match entre l’Atletico Madrid et le Deportivo La Corogne. L’occasion parfaite pour moi de mettre en lumière les différences majeures entre ce sport noble et la pâle copie rendue par le football féminin, qui peine à en percevoir les véritables valeurs.

Une incompréhension tactique généralisée

Je vois déjà La Barbe et autres collectifs féministes dénoncer mes propos, mais il est insupportable de regarder un match féminin sans avoir une soudaine envie de s’immiscer sur le banc et leur donner des consignes de jeu tant le spectacle est affligeant. En regardant le match entre l’Olympique Lyonnais et Arras, j’ai ainsi remarqué des incohérences fondamentales dans l’approche tactique. A la 18e minute, la Lyonnaise Eugénie Le Sommer obtient le ballon dans la surface et se le fait immédiatement subtiliser par la défense, suite à quoi elle essaie de le récupérer. Quelle absurdité ! N’importe quel joueur, même amateur, aurait plongé pour demander un penalty.

Et ce n’est malheureusement pas tout. Les joueuses ne plongent pas, n’exagèrent pas les fautes, ne mordent personne, vont même jusqu’à ne pas donner de coup de tête, ce qui vous me l’accorderez, n’a aucun sens. A la 27e minute, la même Eugénie Le Sommer est signalée hors-jeu et n’a pourtant pas insulté la famille de l’arbitre, ce qui dénote un grave manquement lors de la préparation psychologique par le staff du club. Où sont passées les valeurs qui sont si chères à ce sport ?

Des matchs sans spectacle…

Ces erreurs influencent directement la qualité des matches. Les actions offensives sont poursuivies jusqu’au bout. Les coups de sifflets sont suivis immédiatement des coups francs sans que nous, supporters, puissions bénéficier des traditionnelles 5 minutes de regroupements colériques tels que popularisés par Cris, Pepe et autres Victor Valdes.

Même en dehors du terrain, les joueuses sont décevantes. Aucune ne déclare sa suprématie sur le football mondial, malgré sa non-sélection dans le top 10 du ballon d’or, comme ont pu le faire nos idoles comme Mario Balotelli ou Zlatan Ibrahimovic. Aucune n’agresse ses adversaires dans les vestiaires, ce qui empêche le type d’attachement émotionnel que l’on peut avoir avec Brandao. Et je ne compte même pas le faible nombre de faits divers comme les relations tarifées, accidents à grande vitesse en état d’ébriété ou encore violences conjugales, qui nous permettent pourtant d’avoir un aperçu de la vie de nos stars.

…sur le terrain comme dans les tribunes

Evidemment sans tous ces éléments chers au football masculin et qui font la véritable beauté de sport, il nous est impossible de nous passionner pour ce sport. Il y a quelques semaines, je me rendais à la Plaine de jeux de Gerland, théâtre des rencontres féminines du club, et n’ai pu qu’être indigné du manque d’ambiance, au point de demander un remboursement immédiat. Déjà quelle ne fut pas ma surprise lorsque je n’ai pas été fouillé, moi qui avait passé tant de temps à cacher mes fumigènes dans mes semelles et ma matraque télescopique…à sa place habituelle. Si j’avais su je ne me serais pas donné autant de mal et n’aurais pas souffert en m’asseyant dans le métro.

Je cherchais donc les groupes d’ultras pour une célébration d’après-match dans le plus pur style d’Elijah Wood mais n’ai pu que bêtement assister à un match sans relief et repartir chez moi sans tabasser de supporter adverse ou le jeter dans le Rhône comme le font nos amis espagnols.

Quelle tristesse.

ABF

La nouvelle mascotte de l’Euro 2016 soupçonnée de corruption active en bande organisée

eve

C’est une histoire qui risque de donner des ulcères à Michel Platini. Après l’éclatement de l’affaire Labrune-Diouf-Dassier, c’est à présent la mascotte de l’Euro 2016 qui est inquiétée pour un sombre histoire de corruption, a-t-on appris de source sûre.

Driblou, Christian, Jean-Pierre ou Goalix ? Pour l’heure, le mystère plane autour du nom que portera la mascotte de l’Euro 2016. Toujours est-il qu’elle a reçu ce matin la visite de la police judiciaire, a révélé Le Canard enchaîné.

Plus connu dans le milieu sous le nom d’Escrolix, le petit bonhomme en images de synthèse est soupçonné d’avoir truqué une dizaine de match de CFA lors la saison 2013-2014. Par prudence, Escrolix a été placé en garde à vue.

Joint par téléphone, le président de la FFF Noël Le Graët a pu apporter quelques précisions :

« Écoutez, laissez la police faire son travail. Dès que j’aurai de plus amples informations, croyez bien que vous en serez les premiers informés. » a t-il clarifié.

JK

Gomis pense au ballon d’or

gomis-432

Dans une interview donnée au journal hebdomadaire France Football, l’attaquant lyonnais a dévoilé avoir la récompense suprême dans un coin de sa tête.

« Bien sûr que j’y pense, je suis le seul joueur du championnat à avoir marqué 15 buts par saison sur les cinq dernières années »

Malgré ses relations tumultueuses avec Jean-Michel Aulas et un été mouvementé où le buteur français a failli quitter notre championnat pour l’Outre Manche, Bafétimbi Gomis préfère en faire un atout.

« Cette période noire de ma carrière ne peut être qu’un atout auprès du jury. J’espère qu’ils ont un cœur et des sentiments comme tout le monde. Comment ne pas voter pour un joueur aussi maltraité par son club ? »

Le récent bachelier, auteur d’un seul but toutes compétitions confondues depuis le début de la saison, nous révèle néanmoins que la concurrence sera rude.

« Messi est un joueur exceptionnel, Ronaldo aussi, mais après ? J’ai toutes mes chances et je vais tout faire pour réaliser une saison sensationnelle ».

Dans l’attente d’être choisi dans la liste des cinquante dévoilée d’ici deux semaines, Gomis préfère toutefois se concentrer sur le championnat.

« Le match contre Montpellier est capital, nous nous devons de prendre les trois points, sinon nous aurons six points de retard sur Nantes »

ARP

« Au tournant de la routourne » : le livre de Franck Ribéry sortira cet hiver

franck-ribery-et-un-livre

Elu meilleur joueur d’Europe cette année et pressenti comme un candidat sérieux pour le ballon d’or, Franck Ribéry enchaîne les exploits sportifs avec le Bayern. Dans une interview aux Cahiers du football, il revient également sur la parution de son fameux livre et sur les raisons qui l’ont poussé à écrire. Extraits.



« Un rêve de gosse »

Si le boulonnais est aujourd’hui au sommet du football mondial, cela n’a pu se faire qu’au prix d’un travail de longue haleine.

« Avant, voilà, moi je travaillais au garage. Je jouais au foot, mais, voilà, pas à haut niveau. Je pensais que j’espérais jouer un jour pour un grand club. Et ça s’est fait, bon an mal an. C’est un rêve de gosse. »

« Une passion de toujours pour l’écriture »

Les footballeurs ne sont pas uniquement obsédés par le monde du football. C’est du moins le message que l’ex-joueur de l’OM s’attache à faire passer.

« Le football, c’est une partie de ma vie. J’ai toujours à coeur de mouiller le maillot. Maintenant, ça reste simplement mon métier. Les joueurs de foot, on a aussi des centres d’intérêt. Beckham, il aime la mode. Marcel Dessailly, c’est le poker, Titi (Thierry Henry, ndlr) la téléphonie mobile. Moi j’aime écrire. J’ai une passion de toujours pour l’écriture. Et puis ça me donne du peps. »

« Ecrire l’indicible » 

Seulement voilà, le but premier de son ouvrage est ailleurs :

« Ce livre, c’est avant tout pouvoir écrire ce que je n’ai jamais pu faire comprendre, c’est écrire l’indicible. C’est un message qui vient du coeur. Je veux que la routourne tourne. Les gens ont l’image de Francky le caïd, mais ce n’est pas le vrai Francky. Saviez-vous par exemple que Molière était bègue ? C’est l’écriture qui révèle le plein potentiel de chacun. »

« J’accepte la critique »

L’annonce de la parution du livre a suscité un vif émoi en France, faisant les choux gras d’une critique qui s’est montrée très sceptique quant à l’authenticité de cet ouvrage. Mais pour Franck, qu’importe :

« Je ne leur en veux pas. J’accepte la critique, elle est constructive. Même le lion doit se défendre contre les mouches. Moi en tout cas, je suis bien au niveau des sensations ».

JK