Affaire Nabilla : 100 ans après l’attentat de Sarajevo, un nouvel assassinat fait craindre l’éclatement de la 3ème guerre mondiale

 

Capture d’écran 2014-11-10 à 13.09.10

 

28 juin 1914, l’héritier du trône d’Autriche-Hongrie est assassiné à Sarajevo, déclenchant par la suite un conflit qui deviendra la Première Guerre Mondiale.
7 novembre 2014, Nabilla Benattia tente d’assassiner Thomas Vergara, événement aux circonstances floues dont les conséquences sont encore inconnues bien qu’inquiétantes.

 

Ce siècle d’écart ou l’impossibilité de déterminer avec certitude ce qui s’est réellement passé ne sont pas les seules similitudes entre ces deux tragédies. Ainsi, à l’heure où les tensions avec la Russie sont toujours croissantes et où l’islamisme prend de l’ampleur à travers le monde, cette tentative d’homicide pourrait, selon plusieurs experts en géopolitique, amorcer la Troisième Guerre Mondiale.

 

Un contexte similaire

Revenons un siècle en arrière pour comprendre les raisons de l’attentat de Sarajevo et percevoir la ressemblance troublante avec l’affaire Nabilla.

En 1903, 11 ans avant l’homicide, le pro-Russe Pierre Karageorgevitch accède au trône serbe, dégradant par là-même les relations avec l’Autriche-Hongrie. De même, en 2003, Thomas Vergara poursuit sa progression à l’Olympique de Marseille alors même que Nabilla, qui a grandi en Haute-Savoie, n’a jamais caché sa préférence pour le club d’Evian-Thonon-Gaillard.

En 1908, 8 ans avant le meurtre, l’Empire austro-hongrois répond à l’événement précédent et annexe les deux sandjaks de Bosnie-Herzégovine. Parallèlement, Nabilla répond en 2008 et tourne dans « A la vie éternellement », film pour lequel son futur compagnon éprouve une profonde aversion.

Enfin les guerres balkaniques de 1912 et 1913 marquent la montée en puissance de la Serbie qui devient une menace pour l’Autriche-Hongrie. Cent ans plus tard, les participations de Thomas à Secret Story en 2012 et aux Anges de la téléréalité en 2013 vont accroître sa popularité et menacer directement Nabilla Benattia.

Ces similitudes frappantes sont les premiers indices de la gravité des conséquences de ces deux moments historiques.

 

Un prétexte significatif dans un monde sous tension.

Il est bien entendu que l’attentat de Sarajevo a été un prétexte pour commencer une guerre que beaucoup jugeaient inévitable et que certains espéraient. A l’instar de cet assassinat, il apparaît peu probable que la tentative d’homicide sur le playboy marseillais soit la seule cause d’une éventuelle 3e Guerre Mondiale. Elle n’est néanmoins ni plus ni moins qu’une étincelle dans la poudrière mondiale, et ce meurtre avorté pourrait avoir des conséquences beaucoup plus globales.

Le Major Bob Donovan, officier de la Royal Air Force, nous témoigne ainsi des véritables coulisses de « l’attentat de Boulogne-Billancourt »: « Les relations entre Thomas et Nabilla ont fait l’objet de multiples investigations par des nations comme la Russie, la Chine, les Etats-Unis ou même la Belgique. »

En 2012, Vladimir Poutine aurait en effet apporté son soutien à Thomas, alors candidat de Secret Story. Mais le Belge Herman Van Rompuy, alors au sommet de l’Union Européenne, aurait orchestré l’exclusion de ce dernier, amorçant une tension qui sera plus tard alimentée par Hillary Clinton, lorsque que l’ex première dame tenta de séparer le couple pour déprécier l’image du Provençal, et ainsi diminuer une des sources du soft power sino-russe en France.

Et le Major Bob Donovan d’ajouter: « depuis plusieurs années, la téléréalité française est le théâtre de marionnettes des grandes puissances. Ce coup porté à la collaboration entre Thomas, soutenu par la Russie puis la Chine, et Nabilla, portée en estime par l’Europe et les Etats-Unis, est la goutte d’eau qui risque de mettre le feu aux poudres ».

En ces temps troublés et face à une telle menace, il semble que notre capacité à influencer le cours tragique de ce conflit soit réduite. Selon notre expert, le major Bob Donovan, seule une étude approfondie de Tellement Vrai sur NRJ12 peut nous permettre d’appréhender les véritables enjeux de cet attentat et d’anticiper ses conséquences.

ABF

Publicités

Brutalement lâchée par les touristes, la tour de Pise s’effondre

Pisa

C’est dans un tohu-bohu épouvantable que la Toscane a émergé ce matin. L’accident que l’Italie entière redoutait depuis des siècles se sera finalement produit.

Aux environs de 9h10, un bruit assourdissant retentit dans les ruelles de la cité tyrrhénienne. Se précipitant à sa fenêtre, un riverain est saisi d’effroi à la vue du spectacle de désolation qui s’impose à lui : la place des Miracles n’est plus qu’un gigantesque nuage de poussière. La célèbre tour penchée s’est effondrée.

Les causes de ce drame monumental laissent songeur. Plébiscitée depuis des années par des voyageurs venus des quatre coins du monde pour y faire des photos fantaisistes, Pise bénéficie largement de son activité touristique prolifique.

Par un malheureux concours de circonstances, un couple de touristes japonais tenant la tour à bout de bras s’est laissé distraire par un vendeur ambulant, condamnant par là même la torre à se fracasser au sol.

Contactés par notre rédaction, les fautifs n’ont pas souhaité réagir.

JK

Vol MH370 : Les éditeurs de « Où est Charlie ? » portent plainte pour concurrence déloyale

charliey

 

Nouveau coup de tonnerre dans l’affaire de la disparition du vol MH370. Martin Handford, créateur de la célèbre série de livres illustrés « Où est Charlie ? » et ses associés ont décidé de porter plainte contre Boeing pour violation des règles de libre concurrence.

« Un monopole honteux »

C’est en ces termes que Martin Handford a fustigé le groupe américain. Celui-ci évoque même un manque à gagner évalué entre 10,2 et 10,5 millions de dollars, rien que sur le marché nord-américain. « La recherche de l’avion disparu monopolise l’attention des médias et donc des foyers. Le temps qui était passé à repérer Charlie dans nos livres est désormais intégralement dédié à l’enquête concernant le vol MH370. » Le marché de la recherche avait en effet atteint un équilibre concurrentiel avec de nombreux acteurs dont « Où est Charlie ? », mais aussi Brian, la clef de Saint-Georges, ou encore le point G. « Nous avions réussi à devenir le leader du marché en 2011 après la mort de Ben Laden, au prix d’efforts pendant de nombreuses années. Nous ne pouvons pas accepter cette attaque frontale par Boeing, défiant les lois de la libre concurrence », peste M. Handford.

« Un complot à échelle mondiale »

Le créateur de la série va même jusqu’à soupçonner les médias et les gouvernements du monde entier de chercher à envahir son secteur de prédilection. Selon lui, les Etas-Unis et la Malaisie sont de connivence pour permettre à Boeing de gagner un marché sur lequel il n’était pas encore implanté. Cette alliance prendrait ses sources dans la corruption des dirigeants des deux pays, ainsi que de nombreux journalistes à travers le monde. « Nous ne sommes pas de taille à lutter contre de telles puissances, se désole-t-il, c’est pourquoi j’en appelle à la population mondiale, qu’elle se mobilise pour sauver le monde libre que l’on connaît. »

ABF

Neknomination : Pour calmer le jeu en Ukraine, Poutine nomine Obama et Ianoukovitch

 

poutinebeer

 

Aux grands maux les grands remèdes. Sous le feu des projeteurs depuis l’intervention de l’armée russe en Ukraine, Vladimir Poutine a de nombreuses choses à se faire pardonner. C’est peu de dire qu’il est actuellement en mauvais termes avec la plupart des dirigeants du Vieux Continent…

Pour se refaire une réputation, le président russe nous a gratifié d’une petite vidéo dans laquelle on le voit siffler un pinte de bière en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Estampillée du fameux hashtag #neknomination, sa vidéo a généré un buzz instantané sur les réseaux sociaux.

Ainsi que le veut la coutume, Poutine procède également dans cette vidéo à la nomination de deux compères. Avec beaucoup de tact, il a choisi de nominer Barack Obama et Viktor Ianoukovitch, deux grands dirigeants de ce monde avec lesquels il a entretenu ces derniers mois des relations plutôt compliquées. « A mes copains Viktor et Barack, cheers my boys! » s’est-il joyeusement exclamé.

Via le compte Twitter de la Maison Blanche, Barack Obama a rapidement fait part du sentiment de fierté qui l’a habité au moment où il a pris connaissance de sa nomination. « Vladimir m’a agréablement surpris et je suis disposé à relever son défi. »

Comme un seul homme, la communauté internationale a également salué le geste de Vladimir Poutine, perçu comme un « signe encourageant d’ouverture ».

Et l’intéressé de conclure sa vidéo par la formule suivante : « Les mecs, vous avez 24h »

JK

 

Violences à Marseille : Bagdad suspend le projet de jumelage

fayapondem

Insécurité, violences, règlements de compte, actes de pyromanie, guérillas urbaines, avortement, … ; les mots nous manqueraient presque pour faire état des innombrables fléaux qui rongent aujourd’hui la cité phocéenne.

Jadis fleuron de l’industrie navale européenne et bastion des plus grands marchands de tomates du continent, voilà longtemps déjà que Marseille a troqué sa marinière contre une guenille de quatre sous. Cette épouvantable situation n’a pourtant rien de surprenant. Les experts sont unanimes sur un point : elle est à n’en pas douter le résultat des causes dont elle est l’effet. Cette déliquescence, Marseille s’apprête à la payer au prix fort.

« Le jumelage ne présente aucun intérêt »

Très active sur la scène internationale, Marseille tente de se refaire une santé en nouant des partenariats avec certaines villes à l’étranger. Pourtant, force est de constater qu’elle n’a fait qu’essuyer refus après refus. Dernier en date, celui de la municipalité de Bagdad. Via son compte Twitter @awesomeBagdad, la capitale irakienne a en effet annoncé à Jean-Claude Gaudin qu’elle coupait court à toute forme de jumelage :

« Après une étude très attentive de votre dossier, nous sommes au regret de vous annoncer qu’il nous est impossible de lui donner une suite favorable, car il ne présente aucun intérêt. Nous vous souhaitons bonne continuation dans la poursuite de vos recherches. Bien cordialement. »

Ce revers difficile fait écho à l’annonce faite en début de semaine par la ville de Djibouti, capitale de la République de Djibouti, qui avait également fait marche arrière en invoquant à deux pi près les mêmes raisons.

JK

Ecoutes téléphoniques : les Etats-Unis espionnaient la SNCF

obama

On savait déjà que la National Security Agency (NSA) avait intercepté près de 70 millions de fichiers relatifs à des conversations téléphoniques passées en France sur le seul mois de janvier 2013. On connaît à présent la nature de ces appels : la NSA épiait le service des réclamations de la SNCF.

« The French Savoir-Faire »

Les documents confidentiels fournis à la presse par le fugitif et ancien employé de la NSA Edward Snowden prouvent en effet que les services secrets américains espionnent la SNCF depuis des années. « Le nombre de plaintes enregistré est tellement élevé qu’il est quasiment impossible de se faire à l’idée que la société ferroviaire ait toujours le même statut, peut-on lire dans le rapport intitulé The French savoir-faire. Comment expliquer cette invraisemblable résistance ? Une gestion impeccable des centaines de millions de plaintes déposées chaque année. »

« Réagir sans délai »

Invité à s’exprimer ce matin sur France Inter, le directeur de la SNCF Guillaume Pépy n’a pas caché son indignation.

« C’est absolument intolérable. Ils nous dérobent nos compétences en toute impunité, il faut faire quelque chose ! J’appelle le gouvernement à réagir sans délai ».

Le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg a lui aussi rappellé le rôle joué par la France : « Les plaintes et réclamations ont toujours constitué un marché prolifique en France, ce qui a permis à la SNCF de développer une expertise inégalée en la matière. Notre pays est pionnier dans ce secteur et nous nous savions enviés. Cette révélation est grave et nous prendrons les mesures qui s’imposent. »

A cet égard, il reste à savoir si nous avons réellement les moyens de botter l’arrière-train des américains.

JK

Norvège : Il exploitait un réacteur nucléaire dans sa salle de bain

toilets

Alors que des tests pour développer les premiers réacteurs nucléaires norvégiens se déroulaient en mars 2013, le pays a été secoué par la découverte d’un réacteur nucléaire clandestin au domicile d’Ivar Bokmal, un professeur de chimie. Enquête.

Un contexte favorable

Depuis 2012, la Norvège, dont le territoire est dépourvu de centrale nucléaire active, envisageait de commencer l’exploitation nucléaire, avec des tests qui ont débuté cette année. La compagnie norvégienne Thor Energy a en effet constaté que le sol norvégien bénéficiait d’une vaste réserve de Thorium, un combustible nucléaire à fort potentiel, jugée  plus performant et plus sécurisé que l’uranium. Alors que 95% de l’électricité utilisée dans le pays est d’origine hydraulique, l’ouverture d’un réacteur nucléaire représentait une opportunité en or dans le pays ; opportunité que M. Bokmal a saisie en 2012.

« La salle de bain la plus profitable au monde »

L’inspecteur de police ayant procédé à la perquisition au domicile du professeur Bokmal le 10 octobre, explique dans son rapport que sa salle de bain abritait une technologie de pointe. Le réacteur, situé dans la baignoire, fonctionnait grâce à une centrale de refroidissement et un stock de combustibles dans des circuits étanches et anti-radioactifs que le chimiste avait fabriqués grâce à du mobilier en céramique, matériau imperméable aux radiations. « Je n’avais jamais pu observer d’installation si poussée dans seulement 6m² » a-t-il déclaré au micro d’un de nos confrères norvégiens.
Lazslo Nuestrom, responsable du programme européen Halden, d’énergie nucléaire, nous explique : « Cette salle de bain est probablement la plus profitable au monde. M. Bokmal était en Norvège le seul fournisseur connu d’électricité issue du nuéclaire. Nous avons décelé un réseau de plusieurs milliers d’entreprises sur le sol norvégien qui s’alimentaient ici. Nos services ont estimé le chiffre d’affaire de cette centrale à plus de 30 milliards d’euros par an, pour un coût d’exploitation inférieur à 100 000 euros ».

« Je n’ai fait qu’aider mon pays »

Ivar Bokmal se défend et prétend n’avoir jamais perdu de vue les avantages que son installation apportait au pays. « Je ne pouvais pas rester là sans rien faire, à regarder les manifestations anti-nucléaire, a-t-il déclaré. Grâce à moi, nos entreprises ont pu rester concurrentielles en bénéficiant d’énergie à moindre coût ». Le professeur, dont le procès aura lieu le 7 novembre, risque jusqu’à 1 mois de prison et 2 000€ d’amende. « Cette sanction est démesurée », a-t-il répondu. Mon réacteur a aidé ce pays pendant plus d’un an. J’espère que le jury saura le reconnaître ».

Nul doute que cette arrestation marque un pas important en Norvège, où les contestations anti-nucléaires montent en puissance depuis les premiers essais publics en mars.

ABF