Réchauffement climatique : Häagen-Dazs contraint à la faillite par la fonte des glaces

in

Les experts débattent depuis des années sur la question de l’environnement, les sceptiques soufflent le chaud et le froid, et pourtant le réchauffement climatique est une réalité et menace directement notre économie.

Aujourd’hui c’est Häagen-Dazs, un pilier de l’industrie agroalimentaire qui se voit obligé de mettre la clé sous la porte. En effet, la tant redoutée fonte des glaces a eu lieu, ruinant ainsi toute la production. Une nouvelle qui a jeté un coup de froid auprès de ses désormais ex-employés, notamment sur son site d’Arras, qui a littéralement pris l’eau. « C’est dramatique », témoigne Christophe Leroux. « On a fait tout ce qu’on a pu, on surveillait notre production comme le lait sur le feu, quelque chose nous a échappé. Maintenant on va tous devoir changer de crèmerie. »

Au-delà des employés de l’entreprise, cette nouvelle n’a pas manqué de faire réagir. « C’est vrai que ça fait froid dans le dos », nous raconte Pierre-Henry, consommateur parisien, avant de fondre en larmes. On ne s’attendait pas à ça, les glaciers dans la rue sont une institution. C’est vrai qu’on n’avait pas pris en compte toutes les implications du réchauffement climatique. D’habitude on nous parle de bébés phoques et tout ça, on s’en cogne un peu. Là Häagen-Dazs c’est un vrai truc de fraîcheurs, ça remet en cause tout notre mode de vie.»

Des propos terribles, à la hauteur des émotions suscitées, mais néanmoins contrebalancés par ceux de René, un habitué d’un bar-tabac local dans lequel la nouvelle a été accueillie avec plus de tiédeur : « De toute façon y’a plus de saison, et ça fait bien longtemps qu’on n’utilise plus de glaçons, dans les verres à whisky on ne jure que par les pierres ». Cet échange intéressant s’est poursuivi chaleureusement, notre prise de température s’étant achevée bien plus tard dans la nuit, au coin de la cheminée.

La fermeture d’Häagen-Dazs fait néanmoins frissonner la concurrence, qui n’a pas vraiment accueilli chaudement cette nouvelle. Les glaces Miko se préparent à une saison des plus agitées, et tout est mis en œuvre pour retarder l’inévitable. D’autres industries redoutent aussi le réchauffement climatique, mais aussi des professions insoupçonnées. Le rappeur Soprano a d’ores-et-déjà indiqué qu’il allait devoir changer les paroles d’une de ses chansons, puisque « Jeffrey ne peut plus ramener des glaçons ». Des conséquences inattendues, mais des perspectives qui font froid dans le dos…

PSD

Publicités

Chômage : Valls supprime les postes d’analystes pour empêcher une nouvelle hausse

dv
C’était si évident, mais encore fallait-il y penser. Le coup de génie de Manuel Valls a été salué par la presse internationale tant pour l’idée que pour son application fructueuse.
« Le mieux quand on n’est pas bon sur corner, c’est de ne pas en concéder »

Nous avons contacté Erica Canton, qui est la première à avoir posé les bases de ce projet exceptionnel. « Nous avons étudié les évolutions du taux de chômage depuis les dix dernières années et constaté que celui-ci augmentait. Nous avons tenté des solutions diverses, comme donner du travail à ceux qui n’en n’avaient pas, mais sans succès. Tout ce que nous avions entrepris avait eu pour effet une évolution négative du taux d’emploi en France. On était prêts à baisser les bras quand j’ai eu ce déclic. Je me rappelais avoir entendu Jean-Michel Larqué dire que le mieux quand on n’était pas bon sur corner, c’était d’arrêter d’en concéder. Il suffisait d’appliquer cette solution brillante dans mon service et le tour était joué. »

« La courbe du chômage n’augmentera plus »

Erica Canton a donc immédiatement convoqué son équipe pour exposer sa trouvaille, qui a eu l’effet d’une bombe dans le service. Eugène Le Sommeri témoigne. « On n’y avait jamais pensé, mais c’est vrai que maintenant, la courbe du chômage n’augmentera plus. On a vraiment su attaquer et résoudre le problème à la source »
Plusieurs des homologues de M. Valls, notamment en Chine et en Corée du Nord, ont félicité l’initiative et annoncé faire le maximum pour appliquer cette solution dans leur pays. Toujours avant-gardiste pour les évolutions sociales, la France l’a encore prouvé par ce projet ambitieux mais néanmoins couronné de succès.

ABF

L’eau trouvée sur mars : une publicité pour Evian ?

zda

Ce n’est plus un secret pour personne, la NASA a récemment affirmé avoir découvert de l’eau liquide sur mars, sous la forme de saumures. Après plusieurs années d’exploration robotisée et via télescope, on est évidemment en droit de se demander comment on a fait seulement maintenant cette découverte… La seule option plausible est donc que celle-ci a été rajoutée récemment. Mais dans quel but ? Une fois de plus, le Bourbier enquête.

Après avoir convoqué une réunion au sommet du département Enquête&Gérontologie du Bourbier International, nous avons écarté plusieurs hypothèses. Si la planète rouge semblait facilement liée à Coca Cola, une étude approfondie nous a permis d’identifier que le géant du Soda n’avait rien à gagner dans cette entreprise mystérieuse. Y avait-il un rapport avec la lune rouge récemment observée, et donc avec les studios Dreamworks, bien connus pour leur logo lunaire ? Là encore, le mobile faisait défaut. Ces recherches empiriques n’étaient pas une solution viable. Il fallait attaquer une autre question : pourquoi maintenant ? Quel événement majeur et international se déroulait en ce moment ? Quel événement susceptible d’attirer des jalousies multiples ? Vous avez deviné : l’Oktoberfest.

Les dates de la fête de la bière munichoise coïncident étrangement avec la découverte de la NASA. Les lederhosen et les bières vendues au litre attirent maintes convoitises des autres boissons ne jouissant pas de ce type d’exposition médiatique. Or, s’il est bien quelque chose que j’ai apprise quand j’habitais en Pologne, c’est que le principal concurrent de la bière, c’est l’eau. En fer de lance de cette industrie plus que jamais critiquée pour les inégalités qu’elle crée dans le monde, vous l’aurez encore deviné : nous trouvons Evian. En perte de vitesse du fait de la raréfaction de l’eau glaciaire alpine et également des piètres résultats de son équipe de football, il n’en fallait pas plus pour ourdir ce stratagème ingénieux mais ô combien risqué.

Un jeune ingénieur membre de l’équipe projet a accepté de témoigné sous couvert d’anonymat. Nous l’appellerons Hélène.

« Je vous l’ai déjà dit, je refuse de faire le moindre commentaire. »

Si les propos peuvent porter à confusion sur le message qu’Hélène souhaite faire passer à la population mondiale, ils n’en sont pas moins édifiants. Comment une telle opération a pu être préparée en secret ? Cette question reste encore à élucider.

 

Un battage médiatique dépassant toutes les attentes

 

Plus que Red Bull faisant sauter Félix Baumgartner de la stratosphère, plus que les Keynotes d’Apple et surtout plus que la levée de fond du Bourbier en décembre dernier, la découverte d’eau sur mars a fait le tour du monde par tous les médias possibles, à tel point que l’expression « quand il y aura de l’eau sur mars » n’a pas été utilisée depuis cet événement, preuve de l’impact culturel de cette campagne publicitaire. Nul doute que le service de marketing d’Evian a célébré ce succès en ouvrant plusieurs bouteilles.

Cette nième affaire étant close, la rédaction vous invite à se joindre à elle dans son combat contre l’alcoolisme et lance pour ce faire le hashtag #BoireDeLAlcoolVousFaitPenserQueVousDansezBienEtQueVousEtesSympathiqueMaisVousVousTrompezLourdementEtDevriezReposerCeVerreAvantQueQuelqunNeVousLeJetteALaFigure.

ABF

Sanofi : pourquoi le bonus de 4 millions d’euros est justifié

 

feaz

 

Nous l’avons appris récemment, le président de Sanofi touchera un bonus de 4 millions d’euros pour son arrivée à la tête du groupe : 2 premiers millions en mars puis 2 autres en janvier 2016 s’il est toujours en poste. Si beaucoup dont Ségolène Royal s’accordent à dénoncer la procédure, qui serait une simple parade à la loi Macron limitant les retraites dorées, la réalité est toute autre et ce bonus est plus que justifié pour le futur président.

 

Mal de crâne généralisé

L’annonce de ce bonus a en effet provoqué des maux de tête évidents et violents chez les Français. Réutilisons donc nos connaissances mathématiques acquises au deuxième trimestre de cinquième.

– 65 millions de Français.

– 1,99€ pour une boîte de Doliprane, commercialisés par Sanofi.

– 5% de marge

– Donc 9,9 centimes de marge par boîte.

– 65 millions x 9,9 centimes = 6,468 millions d’euros.

L’annonce du bonus a donc permis à Sanofi de dégager plus de 6 millions d’euros de bénéfice.

Le bonus annoncé se rembourse donc par lui-même et permet de plus d’investir plus de 2 millions d’euros dans la recherche et le développement pour créer de nouveaux médicaments pour répondre à des besoins que nous n’avons pas.

Il s’agit donc d’une manœuvre habile par le groupe pharmaceutique, qui ne manque décidément aucune occasion de démontrer son savoir-faire marketing.

ABF

« Phobie administrative » : Thomas Thévenoud parrainera le prochain Téléthon contre les maladies graves

Capture d’écran 2014-09-11 à 18.10.58

Chaque jour qui passe semble plonger un peu plus Thomas Thévenoud dans l’embarras, à mesure que la liste de ses larcins administratifs s’allonge. Une chute aussi brutale qu’avait été l’ascension du député au poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur après la nomination du gouvernement Valls II le 25 août dernier.

Il a d’abord été question de ses problèmes avec le fisc, révélés par Mediapart, qui l’ont poussé à quitter prématurément le néo-gouvernement, neuf jours seulement après sa prise de fonction. Peu après, Le Canard Enchaîné évoquait les retards de paiement locatifs dont se serait rendu coupable le député de Saône-et-Loire. Puis vinrent les PV de stationnement et les séances de kinésithérapie non payés. Une situation que l’éphémère secrétaire d’Etat justifie en tout bien tout honneur par le fait qu’il souffre de « phobie administrative ».

Phobius administrativus, dans son acception scientifique, est une pathologie congénitale assez répandue, notamment chez les sportifs de haut niveau (en particulier les tennismen dont beaucoup souffrent également d’helvétophilie aigüe). Une maladie commune donc, et d’autant plus dangereuse que la recherche scientifique en la matière manque cruellement de moyens, ainsi que l’a expliqué au micro de TF1 Gérard Manderemore, directeur de l’association Tous ensemble contre la fiscaphobie. 

Désireux de sensibiliser davantage l’opinion publique sur les ravages de cette maladie, Thomas Thévenoud a annoncé qu’il parrainerai lui-même Tous ensemble contre la fiscaphobie lors du prochain Téléthon. C’est certain, plus personne n’osera le taxer d’être de mauvaise foi.

J.K.

Manquant d’expérience en nanorobotique, il est recalé à son stage de 3ème

Capture d’écran 2014-05-12 à 15.04.17

Je vous parle d’un temps que les jeunes de quinze ans ne pourront plus connaître.

Que reste-t-il du plein-emploi ? Où sont passées les opportunités d’embauche ? Quel avenir pour nos enfants ? Autant de questions qui demeurent sans réponse. Aujourd’hui, les entreprises sont frileuses. Peur d’investir, peur d’innover, et surtout peur d’embaucher. Enzo, 15 ans, en a fait l’amère expérience vendredi dernier.

« C’était presque fait, on s’était mis d’accord sur l’essentiel. Ils allaient accepter, ils devaient accepter… Et puis patatras. » nous explique-t-il.

Elève de troisième dans un collège du Puy-en-Velay (Haute-Loire), Enzo s’était mis en quête de son fameux « stage de troisième ». Traditionnellement, ce stage consiste en quelques jours d’observation en entreprise qui viennent clôturer la scolarité au collège.

« Ce stage n’est pas obligatoire, mais j’étais très motivé pour trouver quelque chose » enchaîne Enzo.

Son oncle travaillant depuis plusieurs années chez Kiloutou, Enzo se décide à solliciter son aide. Enthousiaste et confiant, Fabien fait immédiatement remonter la candidature de son neveu. Pourtant, la douche froide ne se fait pas attendre.

« Le responsable du magasin m’a convoqué pour un entretien le lendemain. Il m’a demandé comment je m’en sortais en maths et en physique-chimie. Comme je suis premier de la classe au deuxième trimestre, je n’ai pas eu d’appréhension en lui montrant mes bulletins. Perplexe, il m’a ensuite demandé quelle avait été ma dernière expérience professionnelle. Son visage s’est décomposé quand je lui ai répondu que je cherchais justement une première expérience. »

Deux jours plus tard, Enzo reçoit un email lui expliquant que son manque d’expérience en aéronautique ainsi qu’en nanorobotique était malheureusement rédhibitoire.

En réalité, le cas du jeune ponot est loin d’être isolé. Aujourd’hui, ils sont des centaines de milliers de jeunes à pâtir de cette inflation des diplômes. Hier encore, notre jeunesse envoyait des SMS. Aujourd’hui, elle nous envoie un SOS.

JK

Vol MH370 : Les éditeurs de « Où est Charlie ? » portent plainte pour concurrence déloyale

charliey

 

Nouveau coup de tonnerre dans l’affaire de la disparition du vol MH370. Martin Handford, créateur de la célèbre série de livres illustrés « Où est Charlie ? » et ses associés ont décidé de porter plainte contre Boeing pour violation des règles de libre concurrence.

« Un monopole honteux »

C’est en ces termes que Martin Handford a fustigé le groupe américain. Celui-ci évoque même un manque à gagner évalué entre 10,2 et 10,5 millions de dollars, rien que sur le marché nord-américain. « La recherche de l’avion disparu monopolise l’attention des médias et donc des foyers. Le temps qui était passé à repérer Charlie dans nos livres est désormais intégralement dédié à l’enquête concernant le vol MH370. » Le marché de la recherche avait en effet atteint un équilibre concurrentiel avec de nombreux acteurs dont « Où est Charlie ? », mais aussi Brian, la clef de Saint-Georges, ou encore le point G. « Nous avions réussi à devenir le leader du marché en 2011 après la mort de Ben Laden, au prix d’efforts pendant de nombreuses années. Nous ne pouvons pas accepter cette attaque frontale par Boeing, défiant les lois de la libre concurrence », peste M. Handford.

« Un complot à échelle mondiale »

Le créateur de la série va même jusqu’à soupçonner les médias et les gouvernements du monde entier de chercher à envahir son secteur de prédilection. Selon lui, les Etas-Unis et la Malaisie sont de connivence pour permettre à Boeing de gagner un marché sur lequel il n’était pas encore implanté. Cette alliance prendrait ses sources dans la corruption des dirigeants des deux pays, ainsi que de nombreux journalistes à travers le monde. « Nous ne sommes pas de taille à lutter contre de telles puissances, se désole-t-il, c’est pourquoi j’en appelle à la population mondiale, qu’elle se mobilise pour sauver le monde libre que l’on connaît. »

ABF