Sciences Po : un étudiant étourdi rédige ses mémoires au lieu d’écrire son mémoire

Corentin est de ceux qui lisent les énoncés quelque peu à la hâte. Manque de pot, cette fâcheuse habitude vient de lui jouer un très, très vilain tour.

Originaire de Rouen, Corentin côtoie depuis cinq ans déjà les amphis de Sciences Po, où il étudie principalement les affaires internationales. Étudiant doué, apprécié  par ses camarades autant que par ses professeurs, il représente sans doute ce qu’il se fait de mieux rue de Saint-Guillaume.

Conscient des capacités qui sont les siennes, Corentin a pris de l’assurance depuis son arrivée dans le prestigieux institut. Au point d’être devenu, ces derniers temps, un brin distrait. « Il n’est plus tellement attentif en cours, témoigne Hortense, une amie proche. Je le vois souvent jouer à un jeu de rôle japonais sur son ordinateur portable, dans lequel il capture et fait combattre des créatures fictives. »

Ce récent manque d’attention, Corentin l’a payé au prix fort. Au mois d’avril, il se décide à feuilleter son contrat pédagogique pour apprécier la charge de travail au-devant de laquelle son dernier semestre va le porter. Nous nous sommes procuré un extrait dudit contrat pédagogique :

«  I/ B/ c) Le mémoire :

Il est le résultat d’une réflexion et d’une analyse de l’étudiant sur un thème particulier. Ce développement s’axera autour d’un travail de réflexion personnelle, et d’une recherche bibliographique qui se voudra exigeante. »

Gonflé à bloc, Corentin se lance dans un travail d’écriture qui l’occupera nuit et jour durant 5 mois. L’ouvrage (XXV, comme l’âge de Corentin) est paru hier, chez un éditeur indépendant.

Capture d’écran 2015-09-23 à 15.26.20

Tout juste mis au fait de son erreur par son ami Julien, Corentin reste lucide malgré le choc : « J’ai toujours eu du mal avec les pluriels… Mémoire/mémoires, cheval/chevaux, coutal/couteau, mal/mots… Mais là, c’est vraiment dur à encaisser. J’espère au moins que mon livre plaira. »

Qui sait, on peut toujours rêver, peut-être une adaptation nulle et pas du tout fidèle sur le grand écran ? Comme ça vous pourrez encore la ramener en soirée en déblatérant combien le film est lamentable à côté du bouquin.

JK

Publicités

Cinq conseils pour bien tweeter au cinéma

bvprizgb

En quelques années, Twitter s’est imposé comme un moyen d’expression incontournable pour les téléspectateurs du monde entier, et en particulier pour les cinéphiles. Au travers de cette synergie en double-écran, Twitter a bouleversé nos usages interactifs. Glisser quelques commentaires rébarbatifs à l’oreille de son voisin est une pratique d’un autre temps. Twitter vous offre le monde à portée de pouce, et vous auriez tort de ne pas en profiter. Voici quelques recommandations pour faire de votre live-tweet un grand moment de cinéma :

1) Réglez la luminosité de votre téléphone au maximum. Personne dans cette salle ne mérite que vous vous esquintiez les yeux.

2) Changez votre nom d’utilisateur et votre pseudonyme pour @RobertPattisonNaked ou @RyanGoslingNewPictures. De cette façon, vous récolterez aisément deux à trois mille followers en quelques minutes.

3) Essayez de baragouiner quelques mots d’anglais en moins de 140 caractères. Cela fera toujours son effet, et puis les Américains sauront se montrer reconnaissants quand vous leur aurez fait découvrir Astérix aux Jeux Olympiques.

4) Ne lésinez pas sur les hashtags. Ils sont votre porte d’entrée vers les cohortes les plus lointaines de la twittosphère. D’abord, faites référence au film en question. Typiquement, #Taken3 sera bienvenu si vous êtes fan des films featuring Liam Neeson. N’en oubliez pas pour autant d’insérer des hashtags qui n’ont rien à voir mais qui sont populaires. Les hashtags sur One Direction vous seront d’une grande aide à toute heure de la journée. Faites parler votre créativité !

5) En fait, vous n’avez qu’à vous inspirer de Nadine Morano. Personne ne lui arrive à la cheville.

JK

Devenir photographe professionnel sur Facebook en 20 étapes

tofoto

 

De nos jours, de plus en plus de photographes professionnels fleurissent sur Facebook pour des résultats artistiques toujours époustouflants. Si vous sentez également cette fibre-là, Pierre Cardin, le photographe officiel du Bourbier International, vous donne les 20 étapes clés pour sauter le pas et prendre une autre dimension.

  • Aller dans un magasin qui vend des appareils photo
  • Trouver le rayon de ceux qui ont un gros objectif (la partie cylindrique à l’avant)
  • S’auto-congratuler : le sens de l’orientation est nécessaire à tout bon photographe
  • Regarder les informations suivantes : résolution, vitesse d’obturation, sensibilité, contraste, mesure d’exposition, mise au point.
  • Prendre celui avec le plus gros objectif (la partie cylindrique à l’avant), ça fait plus pro et il a sûrement un meilleur autofocus.
  • Acheter les accessoires nécessaires : housse, lanière, trépied, béret, carte SD.
  • Revenir à la maison confiant : le premier pas est fait.
  • Inviter un ami qui possède lui-même un appareil photo
  • Lui demander de vous prendre en photo avec votre nouvel appareil. L’occasion parfaite d’essayer votre nouveau béret.
  • Maintenant, créer un page Facebook ou un album Flickr avec cette photo sur votre profil. En noir et blanc c’est mieux.
  • Renommer cette page : « votre nom » photographe ou photographies
  • Bravo, une bonne chose de faite, vous pouvez enlever votre béret maintenant.
  • Faire des photos en noir et blanc ou avec beaucoup de contraste (ou les deux, petit malin).
  • Les enfants des pays étrangers, les plages au crépuscule ou les montagnes enneigées sont autant de sujets parfaits pour les experts.
  • Il y a beaucoup de boutons sur l’appareil ? Pas de problème, il suffit de le régler sur « auto ». Les autres sont pour les frimeurs.
  • Facultatif : augmenter encore le contraste et la saturation sur la version légale de Photoshop. Pas trop non plus, la photo doit rester réaliste.
  • Vous pouvez ajouter fièrement vos créations artistiques sur votre galerie en ligne.
  • Maintenant, la partie cruciale : partager votre galerie sur tous les murs Facebook que vous avez à disposition, faire connaître votre talent unique.
  • Attendre la pluie de likes imminente et les propositions des journaux qui verront vos œuvres et voudront vous engager.
  • Vous pouvez mettre votre béret tout neuf pour savourer.

ABF

 

 

Interview : Un personnage de Game of Thrones dévoile les prochains événements de la série

bobobb

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur l’intrigue de la série ou sur des éléments clés de celle-ci.

 Le Bourbier international : Bonjour Hodor et bienvenue à la rédaction.

Hodor : Hodor

LBI : Vous avez déclaré vouloir nous confier des éléments de l’intrigue à venir. Qu’en est-il ?

Hodor : Hodor Hodor. Hodor Hodor Hodor Hodor ! Hodor. Hodor Hodor, Hodor Hodor, Hodor…
Hodor Hodor Hodor, Hodor Hodor ! Hodor ? Hodor Hodor Hodor. Hodor : « Hodor Hodor Hodor » […] Hodor Hodor (Hodor Hodor Hodor, Hodor Hodor).

LBI : Quelle influence ce décès aura-t-il sur l’alliance Lannister-Tyrell ?

Hodor : Hodor ?

LBI : Fort bien, merci beaucoup pour ces déclarations, nos lecteurs en seront sûrement ravis.

Hodor : Hodor ?

Ne manquez pas la semaine prochaine les déclarations exclusives du Schtroumpf costaud en réaction à la récente démission du gouvernement Taiwanais.

ABF

INTERSTELLAR : Christopher Nolan avoue ne pas avoir compris son propre film

Stars

Tandis que son nouveau film cartonne dans les salles du monde entier, le réalisateur américain a récemment révélé qu’il n’avait pas tout compris à son dernier long-métrage.

« Après le premier visionnage, tout était flou dans ma tête. Ce film est vraiment tordu. ». Suite à un tournage très éprouvant, Nolan nous apprend qu’il est allé au bout de lui-même afin de mettre au point son « chef d’œuvre de science-fiction » :

« Ce film est tellement complexe que j’en ai perdu le contrôle. Je suis d’ailleurs incapable de vous expliquer les trente dernières minutes du film ».

Plus surprenant encore, Nolan s’en est pris directement à son acteur principal, Matthew McConaughey, ce dernier empêchant la compréhension du film, en partie à cause de son accent : « Matthew est très talentueux, c’est indéniable, mais je ne comprends rien à ce qu’il dit ! J’ai même dû regarder le film avec des sous-titres, c’est pour vous dire. »

Néanmoins, le réalisateur de la trilogie The Dark Knight n’a pas oublié de remercier ses fans, qui l’ont aidé à comprendre la majeure partie du film via la page Wikipédia du long-métrage.

ARP

Grenoble : un bassiste meurt sur scène dans l’indifférence générale

sfg

 

C’est un véritable drame qui s’est déroulé jeudi soir aux environs de 21h dans la salle polyvalente de Grenoble. Un musicien a en effet trouvé la mort dans des circonstances effroyables. Récit.

Pour le plus grand plaisir des fans du genre, la ville accueillait pourtant la cinquième édition de Rock’n Grenoble. Ce festival éclectique met à l’honneur chaque année durant toute une semaine une multitude de tendances issues de la scène rock, de la folk au metalcore en passant par le grunge.

C’est au cours de la représentation du groupe de métal Silent Age que la situation a tourné au vinaigre. Alors que s’envolaient les dernières notes de Ashes to Flames, leur ultime morceau, Grégory, le batteur a été le premier à constater le terrible incident. « Stéphane était allongé sur le sol, inerte et sans vie, sa basse encore sanglée en bandoulière. Personne n’était capable de dire ce qu’il s’était passé ni même quand ça s’était passé !  » s’est-il ému.

Selon les premiers résultats de l’autopsie, Stéphane serait pourtant mort étouffé par son chewing-gum à 21h04, soit quelques minutes à peine après le début du concert des Silent Age. « C’est vraiment terrible pour Stéphane et ses proches » s’est confié Jonathan, leur manager. Mais ce sont malheureusement des choses qui arrivent, et personne n’y peut rien. »

Valeurs sûres de la scène Death Metal iséroise, les musiciens de Silent Age n’en étaient pas à leur coup d’essai. « C’était notre vingtième concert cette année. On a la chance de vivre dans une région assez réceptive à ce genre de musique » expliquait Grégory en préambule du festival.

Un destin à tout jamais brisé pour un groupe de jeunes musiciens dont on disait le plus grand bien.

JK

Corruption : Le festival de Cannes se prononce toujours contre l’arbitrage vidéo

vzf
Le débat concernant l’arbitrage vidéo fait rage dans le monde du ballon rond, récemment alimenté par les propos de Sepp Blatter, président de la FIFA, expliquant son désir de mettre en place un système similaire à celui déjà observable sur les courts de tennis et ainsi autoriser les entraîneurs à recourir à la caméra pour arbitrer certaines actions de jeu.
Au cœur de cette polémique, le président du  festival de Cannes, Romain Williet, a annoncé son refus catégorique d’utiliser la vidéo dans le cadre de son concours.

 

Une corruption excessive
A l’instar du football, le festival est touché depuis plusieurs années déjà par la corruption à grande échelle. Les producteurs seraient les plus ciblés par ces rentrées d’argent. Lorsque l’on demande à Jason Bird son ressenti sur le sujet, celui-ci préfère botter immédiatement en touche, lui qui a été récemment suspecté d’avoir offert une palme injustifiée au film « Entre les Murs ».
Néanmoins, Romain Williet se dit formellement contre la mise en place de l’arbitrage vidéo dans son festival : « Il est hors de question de visionner les images des films. Nous préférons garder la dimension humaine dans notre métier. […] Il apparaîtrait de toute manière que beaucoup d’images cinématographiques soient contrefaites et artificielles. Leur jugement resterait donc inévitablement lié à l’interprétation. »

 

Vers la fin de la cinématographie ?
Un membre de l’Union Européenne du Film amateur (UEFA) déclare même : « La dimension humaine de l’arbitrage n’est atteignable que par l’appréciation directe du juge, ce qui remet en cause le principe même de visionnage des images des films que nous proposons. Il n’y a donc pas lieu de présenter autant de vidéos  mais plutôt de produire le film directement sur les planches du festival. »
Ces renforcements de la politique contre l’usage de la vidéo, en accord avec la position footballistique de Michel Platini, risquent fort de mettre l’industrie cinématographique hors-jeu.

 

AF