A 18 ans, il avoue à ses parents avoir été adopté

dumb teen

Aujourd’hui, nous partons à la rencontre d’Augustin, un jeune Niçois ayant récemment confessé à ses parents une vérité difficile à entendre, à laquelle ils n’étaient d’ailleurs selon lui pas préparés. Augustin nous raconte.

« Je me souviens très bien du jour où je l’ai appris. J’étais alors encore un petit garçon comme tant d’autres, et ne comprenais pas tout à fait, ou peut-être refusais-je de comprendre. Plusieurs camarades m’apostrophaient dans la cour de récréation, évoquant mon adoption, mais je ne voulais évidemment pas les croire, rassuré par les démentis sincères de mes parents.

Toutefois, un jour en sortant de l’école, je suis allé à la boulangerie acheter des bonbons avec les quelques pièces que Maman m’avait données. J’y ai rencontré le maire du petit village où j’habitais alors. Celui-ci, qui avait vraisemblablement acheté autre chose que des bonbons, vraisemblablement ailleurs qu’à la boulangerie, et qui avait vraisemblablement ingurgité une quantité vraisemblablement élevée de son achat, me tint à peu près ce langage : « La cloche mmmmhmh les gâteaux mhmhmmh encore ». Je compris immédiatement qu’il n’y avait rien à tirer de ce poivrot et passai mon chemin.

Mais alors que je sortais, le boulanger m’apostropha (j’aime beaucoup ce mot, pas vous ?). J’avais en effet omis de payer mes bonbons, 2 bâtons de réglisse et quelques car-en-sac. Je me retrouvai là abasourdi de mon étourderie et priai M. Blanc (le boulanger) de bien vouloir m’excuser, tel le petit enfant poli que j’étais. Celui-ci accepta et vaqua à ses occupations, oubliant à son tour le paiement que j’avais oublié au préalable.

Mais je m’égare. Le maire, à la mine rougie par ce que je croyais à l’époque être un coup de chaud, ce qui me semblait tout de même étrange par cette froide journée, me tint par le bras et déversa un flot incompréhensible de paroles sur moi, m’éclaboussant au passage, mais pas de paroles. Parmi elles je compris qu’il était question d’adoption, entre autres chats écrasés et éviers qui fuient, ce qui n’expliquait pas sa présence à la boulangerie.

Que monsieur le maire évoque l’adoption a été le déclic révélateur. Toutes ces années (9 en réalité, dont plusieurs sans me poser ce genre de questions existentielles, mon existence étant résumée à quelques pleurnichements et de la nourriture qu’il me serait aujourd’hui difficile de digérer) à m’interroger après chaque raillerie, chaque allusion arrivaient à leur terme.

Quelques recherches postérieures me permirent d’être sûr de mon fait : J’étais adopté et mes parents ne savaient rien.

Sûrement étaient-ils si joyeux le jour de ma naissance qu’ils oublièrent l’absence de grossesse de ma mère. Sûrement étaient-ils si extatiques qu’ils négligèrent les unes de journaux locaux annonçant l’enlèvement d’un nourrisson, trop heureux qu’il ne s’agisse pas du leur. Je ne saurais dire. Toujours est-il que je me refusai à leur annoncer la nouvelle, préférant attendre qu’ils grandissent, comme le font habituellement les gens avant ce genre de révélation.

Mais les années passèrent et ils ne grandissaient pas, bien au contraire. Je pris alors mon courage à deux mains et les apostrophai autour d’un repas (Je l’avoue, ici, mon mot favori n’a absolument aucun sens). En leur présentant la chose je vis leur mine déconfite et le choc dans leurs yeux. Peut-être était-il trop tôt. Ou trop tard. Peut-être n’aurais-je rien du dire du tout. Mais être honnête avec eux semblait la meilleure des choses à faire. Ils ne posèrent pas de question sur mes parents biologiques. Ceux-ci n’ayant jamais pris contact avec moi pour les rencontrer, je n’aurais de toute façon pas pu leur répondre. Je leur dis simplement que je les aimais, peu importe qu’ils soient ou non adoptants. »

Ainsi s’achève le récit d’Augustin, une touchante histoire familiale qui mettra du baume au cœur de beaucoup, nous en sommes certains.

ABF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s